Méta-coeur filé

Grisaille dans les paysages de mon cœur,

Assise au bord d’une artère, une enfant qui pleure.

Pulsations douloureuses, tout s’ébranle ici,

Structure fragile, à la recherche d’un souffle de vie.

Dans les rues de mon cœur, avancent des ombres
,

Réunion dans la veine cave, ce coin sombre,

Enfumé de substances, ou parient mes démons,

Sur des vaisseaux instables, certains disent qu’ils éclateront.

Voyage à travers les veines pulmonaires,

Des globules blancs qui s’envoient en l’air,

Quelle belle attraction que ce mouvement éternel,

Jusqu’à ce qu’une cellule vienne jouer la rebelle.

Dans ce nuage de fumée,

Dans cette ville de tristesse ,

Dans l’aorte, des souvenirs de caresses,

Que mon cerveau a sûrement oublié
,

Repassent à l’infini.

Fatiguant mon cœur,

Rébellion sur le parvis,

Dans la valvule pleurent,

Des âmes en captivité,

Que mon cœur a kidnappé,

Devant un grand écran,

Ou des souvenirs passent de temps en temps,

Les âmes deviennent folles, et veulent s’échapper,

de leur mains fébriles elles tentent de le crever,

Mon pauvre cœur où vit un monde entier !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s